Vers la création future de nouvelles structures de soutien à l’innovation en Russie ?

Le conseil d’experts auprès du gouvernement, qui s’est tenu le 26 janvier dernier, a présenté un projet de centralisation des activités des instituts de développement de l’innovation.

Parmi les recommandations remises par conseil d’experts, et portant sur la « transition vers un nouveau modèle de développement » économique, figure la création d’une corporation d’Etat pour le développement de l’innovation (CEDI). Cette structure aurait pour objectif de centraliser et d’exercer une tutelle sur les différents organismes impliqués dans l’écosystème de l’innovation, sur le modèle du comité d’Etat pour la Science et la Technique de l’URSS. Cette proposition de réforme fait écho à celle de l’Académie des Sciences de Russie (RAN), désormais sous tutelle de l’Agence Fédérale des Organisations Scientifiques (FANO). Un des objectifs est l’accroissement du contrôle de l’administration sur les organisations relatives au développement de l’innovation. Le conseil d’expert a également évoqué l’Institut Fraunhofer (association allemande d’instituts de recherche) comme modèle pouvant émerger de la refonte des structures russes de soutien à l’innovation et en complément de la CEDI. En outre, il a également motivé ce besoin de réforme par la faible efficacité des structures de soutien à l’innovation malgré le financement public en R&D. En effet, environ 100 milliards de dollars ont été dépensés par l’Etat fédéral sur un total de 150 milliards pour la période 2008-2015, dont 14 milliards uniquement destiné à la création d’instituts de développement de l’innovation.

Si le premier ministre D. Medvedev a refusé l’idée d’une CEDI ou d’un ministère russe de l’innovation, une alternative évoquée par M. Arkadi Dvorkovitch – vice premier ministre, serait la création de nouvelles structures sur la base des principaux acteurs étatiques de l’écosystème de l’innovation russe. A ce titre, la Fondation Skolkovo, le projet Innopolis au Tatarstan, le Fonds russe de capital-risque (RVK), le Fonds d’aide aux PME innovantes (FASIE) et la corporation d’Etat pour le développement des nanotechnologies (ROSNano), devraient vraisemblablement disparaître au profit de deux « bureaux d’études » et d’une agence fédérale qui seraient ainsi créés. Les deux premiers auraient pour objectif la coordination les actions des instituts de développement de l’innovation ainsi que le soutien des différents projets dans le cadre des Initiatives Technologiques Nationales (ITN) (1), celles-ci étant pour l’instant pilotées par RVK. Quant à la future agence fédérale, elle se verrait confier des prérogatives plus larges, dont principalement l’analyse et la diffusion d’informations relatives aux nouvelles technologies, des missions de conseil ainsi qu’un accompagnement des entreprises dans le domaine de l’industrie légère, l’industrie agricole, le traitement des déchets, la pétrochimie, les biotechnologies et les innovations pharmaceutiques.

Pour plus d’informations sur les ITN, voir notre précédent article

Rédacteur  : Quentin Debetz

Sources :

publié le 17/11/2016

haut de la page