Une fête des lumièrs transformée en hommage aux victimes des attentats

Compte tenu de la situation exceptionnelle que vit la France suite aux attentats qui ont frappé Paris vendredi 13 novembre, la Ville de Lyon souhaite manifester solidarité et résistance. Cela, dans un esprit de responsabilité, en veillant à la sécurité de nos concitoyens.

Les faits nouveaux qui sont survenus hier, mercredi, confirment que la menace persiste à un niveau élevé. En concertation avec M. le Préfet de la Région Rhône-Alpes et avec nos partenaires de la Fête des Lumières, particulièrement les membres fondateurs, nous avons donc convenu que la Fête des Lumières ne pouvait se dérouler sous sa forme habituelle, festive. Cependant, nous ne voulons pas renoncer parce qu’elle est l’événement le plus emblématique de notre ville. Elle est constitutive de notre histoire, de notre identité.

La Ville de Lyon a donc décidé de reporter à décembre 2016 sa programmation, qui s’annonçait prometteuse. Cette année, la Fête des Lumières se transforme en un hommage aux victimes des attentats de Paris. Il aura lieu le 8 décembre. Ce jour-là, tous les Lyonnais sont appelés à illuminer la ville en mettant des lumignons à leurs fenêtres. Les lumignons seront d’ailleurs présents sur la tour Incity et le « crayon » de la Part-Dieu à travers des scénographies spécialement conçues pour l’occasion.

JPEG

Par ailleurs, les quais de Saône et la colline de Fourvière présenteront l’œuvre de Daniel Knipper, intitulée « Regards ». Programmée initialement, cette fresque composée de gros plans sur les yeux des personnages de tableaux de maîtres, rendra hommage aux victimes des attentats, en faisant également défiler leurs prénoms sur les façades des quais.

D’ici là, afin de faire grandir la mobilisation, 200 000 lumignons seront distribués aux élèves des écoles et vendus aux Lyonnais par des bénévoles au profit de l’association des victimes du terrorisme et de l’association « Rêves » qui est cette année le bénéficiaire de l’opération « Lumignons du cœur ».

2015 sera donc une édition hors norme. La décision de reporter la programmation est évidemment douloureuse pour tous. Et notamment pour les équipes qui avaient mis tant d’énergie et de talent à préparer cette fête : artistes, partenaires, prestataires, associations locales.

La Ville de Lyon a bien conscience des conséquences économiques notamment dans le domaine touristique mais nous sommes dans une situation exceptionnelle et la décision prise, longuement mûrie, est celle de la sagesse. En la prenant, nous assumons notre responsabilité qui est de protéger les Lyonnais.

« Pour moi, ne pas faire courir de risques aux Lyonnais n’est pas donner raison aux terroristes. Ce qu’ils veulent, c’est avant tout semer la discorde, nous opposer les uns aux autres, créer des fractures dans notre société entre les populations en fonction des origines, des religions, des choix de vie de chacun. Je suis convaincu que le 8 décembre peut porter ce message avec beaucoup de force et de dignité », estime Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président de la Métropole de Lyon.

« Cette décision est une marque de sagesse. L’Etat se mobilisera avec l’ensemble de ses moyens pour garantir des conditions optimales de sécurité pour cette nouvelle configuration de la Fête des Lumières », affirme Michel Delpuech, Préfet de la région Rhône-Alpes, Préfet du Rhône.

publié le 02/12/2015

haut de la page