Un atelier sur l’expérience française en matière de prévention et de lutte contre VIH / SIDA à la conférence internationale « actualités du VIH » à Saint-Pétersbourg.

La France et la Russie pourraient travailler ensemble pour prévenir la transmission du VIH et lutter contre le SIDA. C’est une des conclusions qui peuvent être tirées de la conférence tenu les 30 et 31 mai dernier à Saint-Pétersbourg, à laquelle plusieurs intervenants français de haut-niveau ont pris part.

Le professeur Laurent MANDELBROT, spécialiste renommé de la prévention de la transmission mère enfant, est intervenu sur ce thème lors de la séance plénière. Cette thématique est prioritaire pour le ministère de la santé russe, fort de ses bons résultats sur ce volet.

Un atelier de deux heures a été organisé pour présenter l’expérience française en matière de prévention et de lutte contre le VIH / SIDA, avec des interventions :

  • du professeur François BOURDILLON, directeur général de Santé Publique France
  • des docteurs Joëlle JULIEN (Centre hospitalier de Bourges) et Julie TIMSIT (Assistante publique - Hôpitaux de Paris).

L’atelier était co-présidé par le professeur Evgueny VORONINE, médecin chef fédéral pour le SIDA, et Daniel MATHIEU, conseiller pour les affaires sociales à l’Ambassade de France en Russie

François BOURDILLON, directeur général de Santé publique France depuis sa création le 1er mai dernier, a également été responsable en France de la Mission Sida à la direction des hôpitaux à partir de 1993, puis membre du groupe national d’experts sur le VIH, vice-président du Conseil national du SIDA, président de la Commission spécialisée prévention, éducation et promotion de la santé, administrateur de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé et de l’Agence nationale de recherche sur le SIDA ainsi que vice-président de Médecins sans frontière.

La présentation détaillée des politiques françaises a été l’occasion d’aborder l’organisation et le contenu de la prévention en France, le rôle des médecins dans la coordination des intervenants, la prise en charge sociale des groupes à risques pour faciliter la prévention, l’accès aux soins et leur continuité, ainsi que les nouveaux outils de la prévention, comme la prophylaxie préexposition (PreP).

Sur ces différents points, les éclairages concrets et opérationnels donnés par Joëlle JULIEN et Julie TIMSIT ont été appréciés par les praticiens qui les ont écoutés.

publié le 21/06/2016

haut de la page