Tribune de l’Ambassadeur de France à Kommersant

Ensemble contre le terrorisme et pour la liberté

Samedi 31 octobre à 7h10, heure de Moscou, les 224 personnes à bord d’un avion de ligne russe étaient assassinées au-dessus du Sinaï lors d’un attentat odieux revendiqué par Daech.

Vendredi 13 novembre à 21h20, heure de Paris, débutait dans la capitale française une série de crimes abominables faisant, selon le bilan à ce jour, 129 morts et près de 400 blessés, dont certains sont encore entre la vie et la mort. Un certain nombre d’étrangers figurent parmi les victimes, dont hélas une ressortissante franco-russe. Dans un cas comme dans l’autre, l’objectif des terroristes était de faire un maximum de victimes, de tuer pour tuer, de répandre une terreur aveugle.

Ces actes de barbarie succèdent à tant d’autres perpétrés par Daech à travers la planète. Ils procèdent du même mépris de la vie humaine et des valeurs qui fondent nos civilisations. Ils cherchent à dresser les communautés et les religions les unes contre les autres.

C’est l’humanité toute entière qui est visée par ces hommes et ces femmes dont l’aveuglement n’a d’égal que la lâcheté.

Ils doivent savoir que leur cause est perdue et leur folie meurtrière vouée à l’échec.

Tout d’abord, je veux vous dire, chers amis russes, du fond du cœur, MERCI [en français dans le texte] pour vos innombrables témoignages de sympathie qui ont commencé à affluer à peine le drame de Paris annoncé.

Au milieu de cette nuit tragique j’ai pu rencontrer, avec une immense émotion, les premiers Moscovites venus devant l’ambassade déposer des fleurs, des bougies et des messages d’amour pour ce que représente pour eux la France : une patrie de liberté, de démocratie et de droits de l’Homme, une France de diversité et d’ouverture, ces valeurs que Daech abhorre et voudrait détruire jusque dans nos consciences.

Je veux vous dire aussi combien nous partageons votre douleur et votre révolte devant le drame de l’attentat terroriste commis contre l’Airbus A321 au-dessus du Sinaï.

Mais je veux surtout vous assurer que la France résistera, que l’Europe résistera, comme je sais que la Russie résistera.

La France éradiquera le terrorisme par tous les moyens. Une action de police a permis le 18 novembre de neutraliser plusieurs terroristes en lien avec les organisateurs des attentats de Paris. Notre guerre contre Daech sera impitoyable. Parce que les Français veulent continuer à vivre ensemble, dans la diversité et le brassage des cultures qui ont façonné notre nation, et continuer de porter partout à travers le monde les messages de liberté, d’égalité et de fraternité qui sont au cœur de notre République. Je veux rassurer mes amis russes : la France ne changera pas.

Il ne faut ni avoir peur ni douter de la victoire de ce combat contre le terrorisme. La France et la Russie ont triomphé au cours de leur histoire d’ennemis autrement plus redoutables que ces assassins.

La France, dont les forces armées combattent depuis des années le fléau terroriste au Mali contre Al-Quaida, au Sahel contre Boko Haram, en Irak contre Daech, a intensifié ses frappes en Syrie. Le Président de la République, M. François Hollande l’a dit : l’ennemi est prêt à tout mais il n’est pas hors d’atteinte. En Syrie, d’où les attentats ont été planifiés, nous frappons Daech tout en continuant à rechercher la paix et une solution politique, qui n’ont que trop tardées pour une population syrienne terriblement éprouvée, solution dont Bachar Al Assad ne saurait être l’issue.

Le Président de la République a annoncé qu’il se rendrait dans les prochains jours à Washington puis à Moscou. Il rencontrera les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine pour établir les conditions dans lesquelles nous allons unir nos efforts. La France parle également à cette fin à tous les acteurs régionaux, l’Irak, la Jordanie, le Liban, l’Iran, la Turquie, l’Arabie saoudite, les pays du Golfe. Elle agit aussi bien sûr en étroite coordination avec ses partenaires et alliés de l’Union européenne, qui sont à même d’apporter une contribution décisive à la lutte contre Daech comme au retour à la paix et à la reconstruction de la Syrie.

Dans le même temps, le combat sans merci que nous avons engagé contre le terrorisme ne doit pas empêcher la France et l’Europe de continuer à dialoguer avec l’ensemble des Etats de la planète sur le grand enjeu stratégique que constitue la lutte contre le réchauffement climatique. La Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 21) se tiendra à Paris du 30 novembre au 10 décembre comme prévu. Elle constituera un moment d’espérance et de solidarité. Le président Poutine a confirmé sa participation, avec une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement. Nous nous réjouissons que la Russie prenne toute sa part dans les efforts visant à parvenir à un accord contraignant pour contenir le réchauffement climatique afin que nous puissions nous, nos enfants et nos petits-enfants, vivre sur une planète habitable. C’est un enjeu bien trop important pour le laisser prendre en otage par quiconque.
Que les terroristes ne s’y trompent pas : ce n’est pas parce que nous sommes une démocratie que nous sommes faibles. C’est parce que nous sommes une démocratie que nous sommes forts.

Unis aujourd’hui dans la douleur, les peuples français et russe doivent continuer à travailler ensemble pour un avenir de paix et de liberté pour les générations futures.

Son Excellence Monsieur Jean-Maurice Ripert, Ambassadeur de France en Russie

Lien original de l’article (russe) : http://kommersant.ru/doc/2857897

publié le 30/11/2015

haut de la page