Symposium "France-Russie. 50 ans de coopération en chimie"

Le 29 septembre 2016 s’est tenu à Ekaterinbourg, dans le cadre du XXème Congrès Mendeleïev, le symposium "France-Russie : 50 ans de coopération scientifique et technique en chimie".

Ce symposium était l’un des multiples évènements consacrés en 2016 à la coopération entre la France et la Russie dans le domaine scientifique et technologique. Cette année marque en effet le cinquantenaire de la visite historique du général de Gaulle en U.R.S.S., qui a posé les jalons d’un grand nombre de coopérations avec la France. Avaient alors été signés des dizaines d’accords de coopération, qui constituent toujours la base des relations des deux pays en la matière.

Ce symposium a été organisé comme un évènement périphérique du Congrès Mendeleïev sous la direction de l’académicien Aslan Ioussoupovitch Tsivadzé (Institut de chimie physique et d’électrochimie de l’Académie des Sciences de Russie (IFKhE RAN), Moscou) et du professeur Roger Guilard (Université de Bourgogne, Dijon). Ces deux organismes collaborent depuis longtemps dans le cadre de divers programmes conjoints en matière de chimie des composés macrocycliques. Cette coopération a débuté en 1992 quand le professeur Guilard et l’académicienne Irina Petrovna Beletskaïa ont organisé leurs premiers travaux conjoints dans le domaine de la synthèse et de la recherche de nouveaux polysaccharides et ligands macrocycliques. En 2005 l’Université de Bourgogne et l’ IFKhE RAN ont officialisé leur coopération dans le cadre du laboratoire associé européen « Systèmes supramoléculaires en chimie et biologie », les recherches conjointes dans ce domaine et en radiochimie étant par ailleurs soutenues par les régions de Bourgogne et d’Alsace dans le cadre du programme « ARCUS ». Les recherches s’effectuent côté russe sous la direction d’Aslan Tsivadzé. Les principaux domaines de recherche concernent la chimie des tétrapyrroles et autres composés polymacrocycliques, la catalyse, la supramoléculaire et la radiochimie, le développement de nouveaux matériaux fonctionnels. Ces recherches ont débouché sur la publication de dizaines de publications dans des revues renommées : le compte-rendu publié dans Chemical Reviews (2009, 109, #5 pp 1659–1713) sur le thème de la chimie supramoléculaire des métalloporphyrines a été l’un des plus cités en 2009. La signature en 2010 d’un accord de coopération trilatéral entre le CNRS, l’Académie des sciences de Russie et le Fonds russe de recherches fondamentales (RFFI) pour la création d’un nouveau laboratoire international associé de systèmes et matériaux « LAMREM » pour 2011-2014, prolongée sur la période 2015-2018, constitue une autre illustration des succès de cette collaboration.

L’efficacité des travaux du laboratoire sur les 4 années précédentes est confirmé par le flux de nombreuses nouvelles publications (1 chapitre de livre, 37 articles cités dans les bases Web of Science et Scopus), 56 exposés dans des conférences russes et internationales de haut niveau. Dans le cadre du laboratoire 5 thèses et 3 travaux de diplômes ont été soutenus entre 2011 et 2014. En complément, la coopération existante comprend un échange scientifique via des voyages communs des membres du laboratoire en France et en Russie, concernant en particulier les jeunes chercheurs. Sur la période 2011-2014, 18 étudiants et doctorants ont effectué des stages à l’Université de Bourgogne.

Le symposium a réuni plus d’une trentaine de participants français et russes et a été ouvert par le Consul général de France à Ekaterinbourg Eric Millet, qui a rappelé l’histoire des contacts scientifiques entre les deux pays et souligné l’importance vitale d’une telle coopération entre chercheurs en dépit d’une situation politique parfois complexe.

Le programme scientifique du symposium a été ouvert par l’académicienne Irina Beletskaïa, qui durant sa présentation intitulée « France-Russie : de la coopération scientifique à une amitié solide » a dressé une rétrospective du développement des relations entre son groupe scientifique de l’Université Lomonossov de Moscou et diverses institutions scientifiques françaises, dont la coopération actuelle avec les Universités de Bourgogne et de Montpellier. Le professeur Varnek, de l’Université de Strasbourg, a consacré son exposé à l’histoire du développement des nombreuses collaborations (plus de 30 projets communs) dans le cadre du laboratoire associé européen « Systèmes supramoléculaires en chimie et biologie » et du programme ARCUS. Le professeur Ioulia Hermanovna Gorbounova (INFKhE RAN) a présenté les orientations de certaines recherches du laboratoire « LAMREM ».

Trois participants ont symposium ont été récipendiaires des Palmes académiques en 2016, par décret du Premier Ministre français, pour leur contribution au développement de la coopération scientifique et technique avec la France. L’académicien A. Tsivadzé a été élevé à la dignité d’officier, M. I. Antipine et Mme Gorbounova ont été faits chevaliers. M. Antipine a fait une intervention importante lors du symposium sur la coopération avec l’Université de Strasbourg dans le domaine de la chimie des calixarènes et de la chémoinformatique. Un autre moment clé de la conférence a été l’intervention du Vice-Président de l’Université de Bourgogne Franck Denat, consacrée aux préparations médicales destinées à la biovisualisation des substances cancéreuses fondée sur les polyamines macrocycliques.
Les docteurs Alla Lemen (Université de Bourgogne, laboratoire LAMREM) et Marc Cretin (Université de Montpellier, laboratoire d’études des membranes échangeuses d’ions et procédés associés, qui travaille conjointement avec l’Université de Krasnodar et l’IONKH RAN) sont intervenus en qualité de responsables français de laboratoires communs. Des chercheurs russes de Nijni-Novgorod, Novossibirsk et Moscou, qui coopèrent activement avec diverses universités françaises, sont également intervenus lors du symposium.

Cette conférence a, d’une part, démontré l’efficacité de la coopération en chimie existante entre la France et la Russie et permis, d’autre part, d’identifier de nouveaux axes de recherche entre différents groupes scientifiques des deux pays.

publié le 23/11/2016

haut de la page