Russie/Mistral - Laurent Fabius sur « France Inter »

Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec « France Inter »

Paris, 25 novembre 2014

Sur les relations avec la Russie. La livraison des navires Mistral est toujours en suspens, Moscou menace la France de réclamations financières. Quelle est la date limite que vous vous fixez pour décider oui ou non ?

La date limite est fixée par le contrat. Il y a des dispositions contractuelles, que je n’ai pas à exposer ici, mais nous considérons que les conditions d’une livraison ne sont pas réunies, pour des raisons évidentes aujourd’hui, quand vous regardez ce qui se passe en Ukraine.

D’ailleurs, j’en profite, puisque vous posez la question, pour dire qu’il y a des questions qui se posent des deux côtés. Du côté russe, il y a une présence russe, soit directe, soit par séparatistes interposés, qui n’est pas acceptable mais, dans les derniers jours, il y a un certain nombre de déclarations du côté ukrainien qui sont très problématiques. Lorsque les Ukrainiens disent qu’ils ne paieront plus les pensions des gens qui se trouvent à l’Est ou lorsque le nouveau gouvernement dit « notre objectif maintenant c’est que l’Ukraine rejoigne l’OTAN », cela pose évidemment de gros problèmes.

Nous restons donc fidèles - et j’en ai discuté bien sûr avec mon homologue russe qui était hier à Vienne, avec les Américains, avec d’autres, avec mon homologue allemand -, nous voulons revenir à ce qu’on appelle les accords de Minsk, qui ont été signés par tout le monde, et qui donnent une feuille de route pour retourner vers une situation de paix, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Bon, et donc pas de décision dans l’immédiat ?

Les conditions ne sont pas remplies pour livrer, c’est clair.
(…)./.

Les mots-clés : Russie, Ukraine, Mistral, OTAN, Fabius

publié le 15/07/2016

haut de la page