Multiplication de projets collaboratifs internationaux en matière d’innovation pharmaceutique et médicale en Russie

Le développement d’activités scientifiques et technologiques dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la pharmaceutique est une priorité pour le gouvernement russe, comme en témoignent de nombreuses initiatives prises ces dernières années. Cette approche marque une rupture avec la période soviétique, fortement axée sur les secteurs industriels.

Le renforcement des capacités ainsi que la mise en place d’un écosystème de l’innovation dans ces domaines sont aussi le fait d’acteurs privés, souvent soutenus par les pouvoirs publics russes. La dimension internationale est également largement encouragée, comme l’illustrent les nombreux accords de partenariats et de coopération récemment signés. A titre d’exemple, voici les derniers projets dans le domaine pharmaceutique et médical.

Le Fonds de capital-risque de Russie (RVK) (1) a lancé, avec son partenaire KSI Ventures, « Fonds d’amorçage pour les sciences de la vie ». Ce micro-fonds est doté de 550 000€, dont plus de 70% provenant de RVK, et pourra investir dans les domaines de sciences de la vie, biomédical, pharmaceutique, des biotechnologies pour l’agriculture et de la bio-ingénierie. Il soutiendra plus particulièrement les projets de développement de produits de substitution à fort potentiel sur les marchés internationaux. Le programme d’investissement aura lieu sur une période de deux ans à la suite de laquelle les coordinateurs espèrent une nouvelle levée de fonds.

Lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg de juin 2015, plusieurs accords internationaux ont été signés dans le domaine médical et pharmaceutique. Le premier porte sur la coopération entre Sanofi Pasteur, l’un des leaders mondiaux dans la conception et fabrication de vaccins, et l’entreprise russe de biotechnologies Nanolek (2) pour la production en Russie d’un vaccin nommé « Pentaxim ». Ce vaccin agit contre cinq maladies infantiles : la polio, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche et l’hémophilie B, lesquelles figurent dans le Calendrier National des Vaccinations Préventives de la Fédération de Russie (3). A terme, l’accord devrait permettre un transfert de technologie au profit de la partie russe.

A noter également l’accord signé entre Skolkovo, IBM et le Centre de Conseil et de Recherche sur l’Oncologie de Moscou qui concerne le développement d’une plateforme dédiée à la médecine personnalisée et aux outils de hautes-technologies. Celle-ci se présente comme une combinaison entre les programmes américain « IBM Watson Health » et le russe « OncoFinder ». Elle sera destinée aux médecins traitant des patients atteints de cancer et souffrant de maladies dégénératives liées à la vieillesse. En intégrant les données du patient, elle permettra d’aiguiller les médecins dans les diagnostics et les choix des traitements et thérapies.

Skolkovo, toujours, a également conclu un accord avec le parc scientifique de Turku en Finlande pour la création d’un technoparc dédié aux biotechnologies, « Biocity », qui devrait être opérationnel d’ici 2018 au sein de la ville de l’innovation de la banlieue de Moscou. Ce projet de 200 millions d’euros, conçu et construit par des groupes finlandais, prendra pour modèle le parc scientifique de Turku.

La construction du « nanoparc de Gatchina », cluster pharmaceutique et médical dans la région de Leningrad situé près de Saint-Pétersbourg, devrait être achevée en 2016. Développé par ROSNano et les autorités locales, le cluster sera équipé de salles blanches, de laboratoires et de sites d’ingénierie mis à disposition des start-ups et entreprises de hautes-technologies résidentes.

(1) Créé en 2006, RVK est le principal fonds public de soutien à l’innovation en Russie. Il opère comme un « fonds de fonds » et vise en effet à soutenir la création d’entreprise et l’industrie de pointe en matière de hautes technologies.

(2) Nanolek est une entreprise créée en 2011 et détenue en partie par ROSNano, conglomérat dans le domaine des nanotechnologies.

(3) Elaboré par le Ministère de la Santé de la Fédération de Russie, il détermine l’accès et les conditions des vaccinations au niveau national. Le dernier en date a été publié au printemps 2014.

Rédacteur : Quentin Debetz –

Sources et informations :
RVK
Ria Novosti
Skolkovo
Ekcpir
Nanolek
Rusnano

publié le 17/11/2016

haut de la page