Migrants – Tribune du ministre de l’Intérieur du 2 septembre

Entretien de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, avec « Europe1 », « I-Télé » et le journal « Le Monde »

Paris, 15 septembre 2015

(…)
Q - La chancelière Merkel vient de dénoncer l’échec complet des contrôles aux frontières. Schengen n’est-il pas mort ?

R - Ce qu’il faut, c’est transformer Schengen. Et faire en sorte que ces contrôles soient possibles.

Q - Comment ?

R - De façon très simple. Un, contrôler davantage les frontières extérieures de l’UE. On a augmenté les moyens de Frontex, mais il faut surtout qu’aux frontières extérieures de l’Union, il y ait la mise en place de centres d’accueil de réfugiés et de contrôle des frontières, ce qu’on appelle les « hotspots ». S’il n’y a pas un contrôle par Frontex, tout ce que nous faisons pour l’accueil des réfugiés ne tiendra pas.

Q - Au début, on critiquait la Hongrie pour avoir construit un mur, et maintenant on l’accuse de laisser passer tout le monde…

R - La méthode qu’a utilisée la Hongrie n’est pas celle qui doit prévaloir en Europe. C’est la mise en place de centres d’accueil de réfugiés et de contrôle des frontières. Que la Hongrie accepte un « hotspot » sur son territoire, comme on propose en Italie et en Grèce, et nous parviendrons à maîtriser la situation.
(…)

Q - Sarkozy a-t-il raison quand il dit : « Il faut revoir Schengen » ?

Il n’a pas tort, et nous le faisons, de façon rationnelle, équilibrée, méthodique. Contrairement à ce que préconise Nicolas Sarkozy, ni l’Allemagne ni la France ne préconisent le rétablissement des frontières à l’intérieur de l’UE. Mais j’ai fait des propositions très concrètes concernant la réforme de Schengen, compatibles avec les « hotspots ». Deuxièmement, je souhaite qu’il y ait des contrôles aux frontières intérieures qui soient simultanés et coordonnés dans les aéroports et également dans les gares, de manière à ce que nous puissions lutter efficacement contre le terrorisme.
(…)

publié le 29/09/2015

haut de la page