MH17

Extrait du point de presse du porte-parole

MH17 : Moscou met son veto à l’ONU à la création d’un tribunal spécial. Quelles sont vos prochaines étapes ? Est-ce que vous avez un commentaire à ce sujet ?

La lutte contre l’impunité constitue une priorité de la France, qui a soutenu le projet de résolution du conseil de sécurité des Nations unies instaurant un tribunal international pour juger les responsables de la tragédie du MH17.

Nous regrettons donc le veto de la Russie.

La France soutient l’enquête internationale en cours pour établir les faits et poursuivra son engagement au sein du conseil de sécurité pour que les responsables puissent être identifiés et répondent de leurs actes.

Conseil de sécurité - Vote sur le projet de résolution - Explication de vote du représentant permanent de la France auprès des Nations unies (Paris, 29 juillet 2015)

Monsieur le Président,

Je remercie la Malaisie et les co-auteurs du projet de résolution et tiens à saluer les ministres qui nous font l’honneur de leur présence.

Nous regrettons profondément le rejet du projet de résolution instaurant un tribunal international pour juger des responsables de l’accident du MH17. La France a soutenu dès l’origine cette importante initiative.

La création de ce tribunal allait dans le sens de la lutte contre l’impunité, dont le Conseil de sécurité a fait l’une de ses priorités. Nous assistons donc aujourd’hui à la remise en cause d’un des thèmes majeurs de l’action de notre Conseil, qui faisait jusqu’à présent consensus parmi ses membres.

Cette initiative participait également de la mise en œuvre de la résolution 2166 adoptée le 21 juillet 2014 par le Conseil de sécurité, qui exige que les responsables de cette tragédie répondent de leurs actes.

La résolution 2166 avait marqué l’unité du Conseil pour condamner cet acte odieux. Elle avait également marqué un pas important vers l’élucidation du drame, l’établissement des responsabilités et l’exigence de justice.

Les dispositions de cette résolution ne sont nullement abrogées par le rejet du projet de résolution aujourd’hui. Qu’on ne s’y trompe pas, l’appel pour que toute la vérité soit faite sur les circonstances du drame, pour que les responsables soient poursuivis et pour que justice soit rendue ne disparaitra pas. L’enquête menée par l’équipe d’enquête conjointe, la Joint Investigation Team, à laquelle les Nations unies ont été associées via l’OACI, et dont les Nations unies reconnaissent l’impartialité, doit se poursuivre.

Nous le devons aux victimes dont la mémoire ne s’effacera jamais. Il est profondément choquant qu’un an après la catastrophe, où 298 civils innocents ont péri, ce Conseil ne puisse pas répondre à l’immense douleur et à la préoccupation de nations entières, comme en témoigne la présence parmi nous aujourd’hui de plusieurs membres de gouvernement des pays concernés.
C’est dire combien nous regrettons le veto de la Russie.
Monsieur le Président,

Le vote d’aujourd’hui marque un grave échec pour ce Conseil. Il faut en prendre acte. Mais nous n’avons pas le droit de baisser les bras. Nous le devons à chacune des victimes de cette tragédie, nous le devons à la recherche de la vérité, nous le devons aux valeurs des Nations unies qui doivent nous rassembler.

C’est dans cet esprit que nous serons bientôt amener à poursuivre notre travail sur les suites à donner à l’enquête internationale qui rendra prochainement ses conclusions.
Je vous remercie./.

publié le 15/07/2016

haut de la page