Le glaciologue russe Narciss Barkov décoré de la Légion d’honneur [ru]

Le 21 juin 2016, Nartsiss Barkov, célèbre chercheur à l’Institut de l’Arctique et de l’Antarctique à Saint-Pétersbourg, a été décoré de l’Ordre de la Légion d’honneur pour le développement de la coopération franco-russe en Antarctique.

Des représentants de l’Ambassade de France en Russie, du gouvernement de Saint-Pétersbourg, de l’Académie des sciences de Russie et d’autres centres scientifiques étaient présents à la cérémonie.

Nartsiss Barkov est à l’origine de l’initiative du forage profond de la calotte de glace réalisé par la station « Vostok ». C’est sous sa direction qu’en 1969-1971 a commencé la première opération de forage sur la station. M. Barkov a également inventé une électro-foreuse pour la glace.

Il a rencontré le célèbre glaciologue Claude Lorius pour la première fois dans les années 1970. Leur coopération scientifique sur l’étude des carottes de forage et du paléoclimat continue jusqu’à nos jours. Les chercheurs français Claude Lorius et Jean-Robert Petit ont plusieurs fois rejoint M. Barkov à la station « Vostok ». Les résultats de leurs recherches communes ont constitué une œuvre de référence pour les recherches sur l’Antarctique.

M. Barkov a plus de 130 publications de recherche à son actif, en Russie ainsi qu’à l’étranger.

JPEG

Retrouvez ci-dessous le discours prononcé par M. Claude Lorius à cette occasion :

Narcisse, c’est en 1974 que je t’ai connu, alors que je me trouvais au « Pôle Sud », dans la base américaine en Antarctique. Une rencontre y était organisée avec les Américains, Russes, Danois et Français en vue d’inventorier les besoins en soutien aérien américain pour mener à bien les projets de recherche planifiés en Antarctique.

C’est là que tu as proposé de nous accueillir à la « station Vostok », dont tu avais été le chef de 1969 à 1971. J’y ai découvert un trésor : des carottes de glace atteignant plus 1300 m de profondeur qui étaient conservées dans les couloirs de neige autour de la station ; nous aurons les moyens de les analyser dix ans plus tard et dont les résultats ont marqué les milieux scientifiques et politiques.

Revenus de Vostok au Pôle Sud, Narcisse et le représentant de la National Science Foundation américaine ont accompagné mon équipe à « Dôme C » ; nous voulions choisir sur le terrain un site prometteur pour la réalisation d’un forage profond, et nous l’avons fait, Narcisse, à partir de tes précieux relevés stratigraphiques. Le retour vers Mac Murdo fut dramatique et nous ne l’oublierons jamais : les deux avions américains se sont enflammés au décollage, et nous avons été sauvés par le dernier avion basé en Antarctique. Un sauvetage qui a fondé l’amitié et la solidarité sur le terrain entre Russes, Américains et Français.

Né à Léningrad en 1925, Narcisse, tu es entré à 17 ans au Collège Naval puis dans l’Armée soviétique que tu quitteras avec le grade de lieutenant, pour étudier à l’Université la Géographie physique. En 1958 tu rejoins l’ « Artic and Antarctic Research Institute », l’AARI, où Volodia Lipenkov, ton ancien élève, est aujourd’hui directeur de laboratoire.

En 1969, ta thèse « The Antarctic ice shelves » est publiée et tu entres dans le cercle des experts en Glaciologie. Lors des deux années passées à Vostok, tu es devenu un pionnier des forages profonds qui ont permis la découverte du lac de Vostok au fond des glaces. Pendant ton hivernage à Mc Murdo en 1975-76, tu as mené des recherches glaciologiques innovantes. Depuis 1988 jusqu’à ta retraite en 2001, tu as été Directeur de recherches au Département de géographie des régions polaires à l’AARI et tu as publié plus de 130 articles scientifiques.

Tu as marqué l’histoire de Vostok. Toi Narcisse et mes amis russes Vladimir Kotlyakov et Volodia Lipenkov, et avec le Français Jean-Robert Petit, vous avez été les artisans d’une fructueuse coopération franco-russe. Elle avait commencé au début des années 1960 et mise en œuvre dans les premiers programmes menés en Antarctique dès l’Année Géophysique Internationale. Ces programmes avaient été initiés sous l’égide du Scientific Committee Antarctic Research, le SCAR, qui avait un statut international permettant aux chercheurs de se réunir pendant la Guerre Froide et ainsi de nouer des liens de confiance et d’amitié. Pour ce qui concerne les glaciologues, ce statut a rendu possible les découvertes venues des carottes de Vostok, découvertes qui ont prouvé l’impact plus que dérangeant des activités humaines sur la pollution et le réchauffement climatique de notre planète ; des révélations qui ont été publiées dans les plus grandes revues scientifiques par les chercheurs russes et français associés.

Aujourd’hui cette collaboration franco-russe, toujours basée sur l’excellence scientifique et l’amitié, vit à travers le Laboratoire International Associé « LIA Vostok ». Demain nous espérons qu’elle aboutira à de nouveaux projets et des découvertes enregistrées dans la glace ancienne, un grand challenge au niveau international.
Cette médaille, cher Nartsiss, est un honneur pour toi, une reconnaissance de tes mérites et un symbole très fort pour nous les glaciologues des pôles.

« Narcisse Irinarkhovitch BARKOV, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes d’Officier de la Légion d’honneur »

publié le 17/11/2016

haut de la page