Le CNES active les satellites Pléiades pour venir en aide à Haïti

Le cyclone Matthew, classé en catégorie 4, a balayé les Antilles, Haïti puis les États-Unis. Les vents de plus de 200 km/h ont frappé le territoire haïtien, provoquant de lourds dégâts matériels et un bilan humain encore incertain se chiffrant à plusieurs centaines de victimes. Après un passage près de Cuba, l’ouragan a été reclassé en catégorie 5 avant de souffler sur le sud-est des États-Unis.

La Charte internationale « Espaces et catastrophes majeures », cofondée par le CNES et l’ESA en 2000, permet de mettre tous les outils satellitaires à disposition des secours pour localiser les zones touchées. La Charte activée par les États-Unis dans la nuit du 3 au 4 octobre, l’a aussitôt été par la Sécurité civile française et l’ONU. Dans le sillage de la Charte, le service européen Copernicus Emergency a été enclenché par la protection civile européenne (ERCC), se joignant aux efforts de cartographie rapide d’Haïti. Une vingtaine de satellites est mobilisée : des satellites optiques pour l’identification des dégâts, des satellites radar pour les inondations. Les satellites Pléiades acquièrent des images sur toutes les zones requises dès que les conditions météorologiques le permettent.

La dernière activation de la Charte fut la 29e de l’année 2016 et la 510e depuis sa fondation. La Russie, représentée par Roskosmos qui a rejoint la Charte en 2013, en prendra la Présidence tournante pour les 6 prochains mois lors de réunions qui se dérouleront à Moscou entre le 17 et le 21 octobre 2016.

publié le 11/10/2016

haut de la page