Lancement du programme CREMLIN de très grandes infrastructures de recherche

Largement impulsé par l’Allemagne (DESY & Institut Ioffe-Roentgen) côté européen, CREMLIN réunit six projets russes ayant l’ambition d’acquérir une dimension internationale :

  • le réacteur de recherche à haut flux PIK, à Gattchina près de Saint-Pétersbourg
  • la source de rayonnement synchrotron de 4e génération SSRS-4, à l’Institut Kourtchatov à Moscou
  • le tokamak IGNITOR, à Troïtsk près de Moscou
  • le collisionneur électrons-positrons Tau-Charm, à Novossibirsk
  • le laser à lumière extrême XCELS, à Nijni-Novgorod
  • le supercollisionneur supraconducteur NICA, à Doubna près de Moscou

Si peu de données financières ont étés communiquées lors de cette rencontre, deux projets semblent se démarquer de par leur maturité : PIK et NICA.

Déjà largement partie prenante aux grands projets internationaux, les Russes sont de plus en plus proactifs dans leurs participations aux projets européens de grande ampleur. La Russie a dernièrement participé au financement de cinq grands projets internationaux dont 4 européens (environ 1,5 milliards d’euros au total) :

  • European X-ray Free Electron Laser - XFEL : 378,5 millions €
  • European Synchrotron Radiation Facility – ESRF : 5,2 millions € par an
  • European Organization for Nuclear Research – CERN : 120 millions €
  • European Facility for Ion and Antiproton – FAIR : 227,2 millions €
  • International Thermonuclear Experimental Reactor – ITER : 750 millions €


    JPEG - 26.3 ko
    JPEG - 36.9 ko



Rédacteur & Crédits photos : Gautier Lamoine
Pour aller plus loin : Site de Desy

publié le 17/11/2016

haut de la page