La télédétection Lidar au service d’un nouvel d’observatoire de l’environnement

Les initiatives et projets scientifiques en matière d’écologie se multiplient en Russie. Le gouvernement russe avait déclaré 2013 Année de la Protection de l’environnement. En 2012, le gouvernement russe avait déjà adopté un Programme de Coordination d’État de développement des biotechnologies inscrites parmi les 5 secteurs prioritaires en matière d’innovation pour la période 2012-2020.

C’est dans ce contexte que l’Université d’État de Saint-Pétersbourg (SPBGU) mène la création d’un réseau d’observatoires de l’environnement et de stations LIDAR en Russie, en partenariat avec la Communauté des États Indépendants (CEI) (1). Le premier observatoire du réseau est l’Observatoire de la sécurité écologique à la SPBGU qui permet d’analyser les risques éco-toxicologiques d’un milieu donné.

Plus précisément, l’Observatoire comprend : un complexe LIDAR avec un Lidar fixe et un mobile qui permettent d’analyser la composition atmosphérique ainsi que la composante horizontale du vent, un complexe bioélectronique permettant de faire des analyses éco-toxicologiques (c’est-à-dire l’analyse de l’impact de substances polluantes sur l’environnement), un complexe de chimie analytique ayant pour objectif de surveiller l’état des milieux aquatiques en analysant leur composition, un complexe de biochimie pour analyser l’impact de la pollution sur le vivant et enfin, un laboratoire éco-mathématique pour modéliser les flux de substances polluantes.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Parc scientifique de SPBGU. Celui-ci a pour objectif d’inciter les chercheurs, étudiants et tout personnel de l’université à innover dans les domaines suivants : nanotechnologie, science des matériaux, santé, technologies de l’information, écologie et gestion de l’environnement.

Le Lidar (ou LIDAR), pour LIght Detection And Ranging, est une technologie de mesure à distance semblable au Radar mais utilisant un faisceau laser réfléchi au lieu d’une onde sonore. Il permet d’effectuer des mesures de distance, de vitesse mais aussi des mesures résultant de l’analyse de l’interaction du faisceau lumineux avec la matière située sur son chemin (concentrations de substances comme les aérosols en particulier).

L’Observatoire a déjà conclu un partenariat avec le réseau européen ACTRIS (acronyme pour Aerosols, Clouds, and Trace gases Research InfraStructure Network) et est membre d’EARLINET (acronyme pour European Aerosol Research Lidar Network). Ces réseaux permettent la mise en commun des données récoltées dans les différentes stations LIDAR membres.

(1) CEI : formée de 9 pays de l’ex-URSS que sont l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Moldavie, l’Ouzbékistan, la Russie et le Tadjikistan.

Rédacteur : Geoffrey Négiar

Sources et informations :
Parc scientifique de l’université d’État de Saint-Pétersbourg
Observatoire de sécurité écologique
Université d’État de Saint-Pétersbourg

publié le 29/02/2016

haut de la page