La France est en guerre contre le terrorisme, le djihadisme, l’islamisme radical

Manuel Valls a prononcé, mardi 15 septembre, comme le prévoit l’article 35 alinéa 2 de la Constitution, une déclaration sur l’engagement des forces aériennes au-dessus du territoire syrien devant l’Assemblée nationale. Extraits.

(…) Les forces aériennes françaises survolent la Syrie depuis le 8 septembre dernier. "Il s’agit, d’abord, et avant tout, d’une campagne de renseignement grâce à des vols de reconnaissance", a indiqué le Premier ministre. Il s’agit ainsi d’identifier et de localiser le dispositif de Daech pour être en mesure de le frapper sur le sol syrien et d’exercer ainsi notre droit à la légitime défense, comme le prévoit l’article 51 de la Charte des Nations unies. "Ces missions de reconnaissance sont conduites à titre national, en pleine autonomie de décision et d’action." Le président de la République l’a redit hier, "des frappes seront nécessaires, et nous choisirons, seuls, les objectifs à frapper."

(…) "Toute intervention terrestre, c’est-à-dire toute intervention au sol, de notre part, ou occidentale, serait inconséquente et irréaliste. Mais si une coalition de pays de la région se formait pour aller libérer la Syrie de la tyrannie de Daech, alors ces pays auraient le soutien de la France."

publié le 02/10/2015

haut de la page