Journée mondiale contre la peine de mort à l’ambassade

Le 9 octobre 2015, l’ambassade de France a accueilli des élèves du Lycée Français de Moscou Alexandre Dumas ainsi qu’un représentant d’Amnesty International en Russie à l’occasion de la journée mondiale contre la peine de mort.

Sous l’impulsion du président François Mitterand et de son garde des Sceaux Robert Badinter, la loi abolissant la peine de mort a été promulguée le 9 octobre 1981. Depuis 2003, le 10 octobre est devenu la Journée mondiale contre la peine de mort.
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France a invité les élèves de première ES et L du Lycée Alexandre Dumas de Moscou à réfléchir sur l’abolition de la peine de mort en France. Le vendredi 9 octobre 2015, les élèves accompagnés de leurs professeurs ont ainsi participé à une journée commémorative à l’ambassade en présence de leur Proviseur, Mme. Thérèse Delaubier et de M. Ivan Kondratenko, représentant Amnesty International en Russie.

L’évènement a été introduit par un discours du Ministre Conseiller M. Frédéric Mondoloni et une intervention de Mme. Ida Chafai, conseillère pour les affaires juridiques et judiciaires. Les élèves sont ensuite intervenus pour rappeler des textes ayant fondé la lutte pour l’abolition de la peine de mort en citant des extraits du Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo et du discours prononcé par M. Badinter le 17 septembre 1981 devant l’Assemblée. La réflexion s’est poursuivie par une discussion avec M. Iva Kondratenko sur le travail décisif des ONG dans le combat contre la peine de mort et sur les actions menées par Amnesty en Russie et dans le monde.

La France et l’Union Européenne sont à la proue du combat mené pour l’abolition de la peine de mort à l’échelle mondiale. Il est nécessaire de rappeler qu’en Europe seule la Biélorussie applique toujours cette pratique. La peine de mort est encore légalement appliquée au sein de 21 sujets des Etats-Unis d’Amérique. Dans la Fédération de Russie, le recours à la peine de mort fait l’objet d’un moratoire depuis la fin des années 90 et la peine, même si elle est prononcée, n’est plus appliquée depuis cette période.

publié le 12/10/2015

haut de la page