Innovation Santé : Chirurgie mini-invasive à Moscou

En grandeur réelle, au cœur même du bloc opératoire, mais cependant sans patient, le professeur Pierre MONOD, chirurgien-urologue a présenté le 23 janvier à des conseillers et chargés de mission de l’ambassade de France en Russie le robot Da Vinci de l’European Medical Center à Moscou.

Il l’utilise régulièrement pour des interventions chirurgicales délicates.

JPEG

Cet évènement s’inscrivait dans le cadre de la journée nationale de l’innovation en santé, initiée en France par Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, et par Thierry MANDON, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche.

Les bras assistés du robot – en fait serviteurs dociles du chirurgien, qui les commande de ses propres mains, avec les mêmes mouvements des doigts, mais avec plus de précision -, les instruments chirurgicaux et la caméra endoscopique permettent d’intervenir, sans léser les tissus, dans des conditions impossibles auparavant.

Une autre surprise est que le chirurgien, à proximité immédiate du patient et de son équipe, est néanmoins confortablement assis, dans les meilleures conditions de concentration. L’image, forcément en trois dimensions, est agrandissable à volonté.
Une limite cependant, l’absence de retour d’effort, qui permettrait au chirurgien de sentir, et non plus seulement de mieux voir, quand il touche un tissu avec les instruments. Le rendu haptique – la perception tactile du chaud, du froid, du mou, du dur dans la chirurgie assistée par ordinateur, est précisément un des axes de travail de la recherche française.

Même si la France ne produit pas encore de robot tel que celui présenté, la robotique chirurgicale est un point d’excellence français, avec ses praticiens, qui font référence, ses chercheurs et des start-up innovatrices.

JPEG

Pour en savoir plus : L’European medical center/ Le robot Da Vinci / Une start-up française : IMASCAP, en Bretagne / La recherche française en chirurgie assistée par ordinateur : un exemple : l’IRCAD à STRASBOURG.

publié le 10/02/2016

haut de la page