Inauguration du cosmodrome « Vostochny »

Après quatre mois de retard, le lancement inaugural du cosmodrome Vostochny, dans l’Extrême-Orient russe, initialement prévu mercredi matin 27 avril dernier a finalement eu lieu le 28 à 2h00 UTC, 11h00 heure locale.

Lancement du Soyouz 2.1a depuis Vostochny - JPEG Lancement du Soyouz 2.1a depuis Vostochny. Service de presse du Président de la Fédération de Russie Source

Le report a été causé par la défaillance d’un câble du système de contrôle. Le lanceur Soyouz 2.1a, équipé pour la première fois d’un troisième étage Volga-006, a placé sur orbite polaire 3 satellites. Le premier étage du lanceur est retombé dans l’Oblast « Amour » tandis que le deuxième étage et la coiffe sont retombés en Yakoutie. Les fragments de lanceur qui n’ont pas brûlé dans l’atmosphère sont retombés dans l’océan pacifique.

  • Lomonosov ou MVL-300 (Mikhail Vasilyevich Lomonosov 300) est un satellite conçu par l’université Lomonosov de Moscou, d’une masse de 450 kg et prévu pour fonctionner 5 ans minimum. Il doit étudier les rayons cosmiques à ultra-haute énergie et des phénomènes transitoires qui se produisent dans les couches supérieures de l’atmosphère de la Terre et de l’Univers (aurores boréales…)
  • Aist-2D (531 kg) a été construit par TsSKB Progress en partenariat avec l’Université aérospatiale de Samara. C’est un démonstrateur d’une nouvelle conception de petit satellite avec une caméra d’imagerie hyper-spectrale haute résolution. Il emporte également un radar innovant fonctionnant en bande P (longueur d’onde qui pénètre à travers les canopées forestières et la surface terrestres) pour étudier les structures souterraines.
  • SamSat-218 est un CubeSat 3U développé par l’Université aérospatiale de Samara en partenariat avec TsSKB Progress. C’est un démonstrateur de stabilisation d’altitude par utilisation des forces aérodynamiques. Le corps du satellite lui-même est une structure 2U avec un compartiment 1U vide supplémentaire pour la stabilisation aérodynamique.

La première phase d’essais en vol du satellite Lomonossov est en cours. Les spécialistes de VNIIEM ont déjà confirmé le bon fonctionnement de l’instrument DEPRON dédié au suivi et à la recherche sur les rayons cosmiques, puis d’IMISS-1 dédié aux phénomènes de désorientation affectant les cosmonautes dans l’espace. Parallèlement, les deux caméras optiques grand angle ShOK, chargées de détecter le passage d’astéroïdes, les débris spatiaux et les sursauts gamma dans le spectre visible, ont fourni leurs premiers clichés. Le nanosatellite SamSat-218 n’a lui transmis aucun signal depuis son lancement. Cela serait dû à un problème de batterie empêchant l’allumage de l’ordinateur de bord. Les équipes de l’université de Samara et de la société « Progress » poursuivent néanmoins les tentatives de prises contact.

Aucun autre lancement depuis Vostochny n’est prévu cette année. En 2017, deux lancements sont prévus pour le second semestre. Le premier devrait mettre en orbite deux satellites de la série Canopus (satellite d’observation de la Terre à application duale) et le second un satellite Meteor (météorologie). Selon Roscosmos, l’activité commerciale du nouveau cosmodrome ne devrait débuter qu’en 2018. Entre 6 et 8 lancements sont d’ores-et-déjà prévus. Ensuite le cosmodrome devrait opérer à un rythme de 5 à 10 lancements annuels afin d’assurer les lancements civils russes opérés aujourd’hui depuis Baïkonour. Les lancements militaires continueront eux d’être effectués depuis le cosmodrome de Plessetsk situé dans la région d’Arkhangelsk, 800 km au nord de Moscou. Actuellement, le cosmodrome de Vostochny ne compte qu’un seul pas de tir en service, adapté aux lanceurs de la famille Soyouz. La construction d’un second pas de tir adapté à la famille de lanceurs Angara devrait être achevée en 2021 et le premier vol habité depuis Vostochny doit avoir lieu en 2023, avec le lancement du vaisseau Federatsia par une fusée Angara-A5V. Rappelons que Vostochny a justement pour vocation d’être le cosmodrome dédié à cette famille de lanceurs.

Rédacteur : Guilhem BOIVIN

publié le 31/05/2016

haut de la page