Femmes dans les domaines de la sécurité et de la justice

Mme le lieutenant-colonel Karine LEJEUNE, porte-parole de la Gendarmerie nationale, et Mme Clémence MEYER, adjointe au chef de bureau de la politique pénale générale, au Ministère de la justice, sont venues en Russie en octobre 2016 pour présenter les actions engagées en France de prévention et de lutte contre les violences conjugales lors d’une table ronde à l’Ambassade.

Nous avons profité de leur visite pour poser quelques questions sur leur travail et la place que les femmes occupent actuellement dans les domaines de la justice et de la sécurité.

Retrouvez l’entretien vidéo qui donne envie de tenter de nouvelles expériences professionelles.

Mme le lieutenant-colonel Karine LEJEUNE, porte-parole de la Gendarmerie nationale, au ministère de l’intérieur.

Nommée porte-parole de la gendarmerie nationale depuis le 29 février 2016, le lieutenant-colonel Karine LEJEUNE est issue d’une grande lignée de militaires de cette institution.

Elle a intégré l’Ecole des officiers de la gendarmerie nationale de Melun après une maîtrise de droit public et un service militaire accompli à la tête d’un peloton d’élèves gendarmes adjoints volontaires.

Elle prend ensuite le poste de deuxième adjointe du commandant de la compagnie de Palaiseau, comprenant 220 militaires. Elle y restera jusqu’en 2005, après trois années « très formatrices ».

Elle rejoint alors le ministère de l’Intérieur, au sein de la délégation aux victimes. Elle y restera quatre ans, avant de prendre la tête de la compagnie de Cambrai (Nord), où elle dirige 153 militaires pendant trois ans.

Elle intègre ensuite l’Ecole de guerre et fait donc partie des rares femmes brevetées.

En août 2013, elle prend la tête de la section prévention de la délinquance – partenariats à la Direction générale, un poste qu’elle quittera pour celui de porte-parole tout juste créé.

Mme Clémence MEYER, adjointe au chef de bureau de la politique pénale générale, au ministère de la justice

Magistrate, Clémence MEYER a suivi un cursus universitaire de droit privé général, puis une spécialisation en droit pénal et procédure pénale.

A la sortie de l’Ecole Nationale de la Magistrature en septembre 2010, elle a exercé comme substitut placé près le procureur général de la cour d’appel de Versailles, puis pendant deux ans en tant que substitut du procureur au tribunal de grande instance de Nanterre.

Elle a traité dans ces fonctions de contentieux de la matière pénale, notamment les mineurs délinquants et la protection des mineurs victimes, et le contentieux des violences conjugales.

Depuis septembre 2014, Clémence MEYER est magistrate à l’administration centrale de la justice, adjointe au chef de bureau de la politique pénale générale à la direction des affaires criminelles et des grâces.

Elle y est notamment en charge de la lutte contre le racisme et les discriminations, et de la politique pénale en matière de lutte contre les violences intrafamiliales.

publié le 01/12/2016

haut de la page