Déclaration de M.Ayrault à la réunion consacrée à la Syrie

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du développement international, à son arrivée à la réunion consacrée à la Syrie (Berlin, 4 mai 2016)

(en français et en allemand)

Herzlichen Dank Frank-Walter für deine Einladung hier in Berlin. Wir waren zusammen gestern in Afrika, aber heute sind wir zusammen für dieses Treffen, nach was in Aleppo passiert ist.

Mesdames, Messieurs,

Ce qui se passe à Alep est une tragédie, qui nécessite une mobilisation encore plus forte. Je salue l’initiative de Frank-Walter Steinmeier d’organiser ici une réunion au niveau européen. C’est un drame terrible qui se produit là-bas, avec des victimes et où le régime de Damas porte l’entière responsabilité de ce qui se passe avec la mise en cause du cessez-le feu, la destruction d’hôpitaux, la tuerie de femmes, d’enfants, de civils et de médecins. Et, il faut dénoncer avec la plus grande force ce qui se passe et qui met en péril le processus de paix.

C’est la raison pour laquelle nous allons en parler avec le négociateur de l’ONU Staffan de Mistura et rencontrer aussi M. Hijab, le responsable de l’opposition modérée. Il faut tout faire pour retrouver la voie du cessez-le-feu, toutes les initiatives sont nécessaires. Celle-ci mais aussi d’autres comme l’initiative franco-britannique d’une réunion aujourd’hui du conseil de sécurité.

Le conseil de sécurité est face à ses responsabilités. Il a adopté une résolution et il faut que cette résolution soit respectée. J’ai moi-même pris l’initiative d’inviter à Paris, lundi prochain, les dix pays dits affinitaires, c’est-à-dire ceux qui soutiennent l’opposition modérée, dont de nombreux pays arabes.

Et puis nous demandons aussi que se réunisse d’urgence le groupe de soutien au processus de paix en Syrie. Et là, nous nous adressons aussi aux Américains et aux Russes qui coprésident ce comité pour qu’il se réunisse vraiment très rapidement pour que le cessez-le-feu intervienne et que l’aide humanitaire puisse reprendre. Pour l’instant, les Nations unies viennent de l’indiquer, 1 million de personnes qui pourraient bénéficier d’une aide humanitaire en sont privés. C’est une tragédie qui se produit là-bas et pour nous c’est important que la communauté internationale se mobilise. Donc toutes les initiatives sont bonnes et celle-ci en fait partie. Il faut que le processus de paix puisse reprendre. Pour nous, il n’y a pas d’autre issue que la voie de la négociation. Et si nous voulons que cette négociation reprenne, il faut des actes forts. Il faut que ceux qui peuvent peser sur le régime de Bachar el-Assad le fassent et le fassent vite ! C’est en tout cas ce que nous voulon s démontrer ici avec force, avec conviction en nous réunissant ici à Berlin. Merci.

publié le 15/07/2016

haut de la page