Décès du dernier pilote du Normandie-Niemen [ru]

Gaël Taburet, dernier pilote survivant du fameux régiment Normandie-Niemen, est décédé le vendredi 10 février à l’âge de 97 ans.

Né le 12 novembre 1919 à Messac en Ille et Vilaine, Gaël Taburet s’engage à 18 ans dans l’armée de l’air. Il intègre l’école d’Ambérieu et obtient son brevet de pilote le 13 avril 1939.

Il rejoint le Groupe de Chasse Normandie sur le front russe le 3 avril 1944 (3e escadrille) et abat son premier avion le 26 juin au cours de sa première mission de guerre dans le secteur d’Orcha. Il terminera la guerre avec six victoires.

Il suit le régiment en Indochine avant de prendre la direction de l’escadrille des moniteurs et de réentraînement de la base école de Meknès (Maroc) en 1951 et d’être affecté à la défense aérienne du Territoire de Versailles de mars 1954 à mai 1956.
JPEG
En juin 1956, il est nommé commandant-adjoint de la base aérienne 110 de Creil, puis commandant en chef en mars 1957.

Après deux années passées dans les forces françaises en Allemagne, il part en opération en Algérie en octobre 1960 et est affecté dès son retour en France, deux ans plus tard, au poste de Commandant de la base aérienne d’Orange.
Mis à la retraite en 1963 au grade de colonel, Gaël Taburet devient directeur de l’action régionale à l’Institut de contrôle de gestion.

Commandeur de la Légion d’honneur, le colonel Taburet est également titulaire de la Croix de guerre 39-45, la Croix de guerre TOE (théâtres d’opérations extérieurs , la Croix de la Valeur militaire, l’Ordre du Drapeau Rouge, l’Ordre de la Guerre pour le salut de la Patrie, l’Ordre de l’Etoile Rouge, la Médaille de la Victoire et la Médaille pour la prise de Königsberg.

Le régiment Normandie-Niemen, composé de 99 pilotes, a été mis à disposition de Staline par le Général de Gaulle pour combattre sur le front de l’Est, durant la Seconde Guerre mondiale

PNG

publié le 17/02/2017

haut de la page