Décès d’Umberto Eco

Communiqué de l’Élysée

Umberto Eco était un immense humaniste.

Philosophe, linguiste, il s’intéressait à tout car il pensait que tout est signe dans une société. Ce grand savant était aussi à l’aise dans l’histoire médiévale que dans les bandes dessinées qu’il fut l’un des premiers universitaires à défendre dans les années 1960.

Il n’était jamais fatigué d’apprendre et de transmettre son immense érudition avec verve et humour. Il était nourri des mythes et des sagesses du monde entier. Ses œuvres ont inspiré le cinéma et suscité des curiosités jamais assouvies.

Les bibliothèques ont perdu un lecteur insatiable, l’université un professeur éblouissant et la littérature un écrivain passionné.

Je salue la mémoire de ce grand Italien qui n’a jamais cessé d’être un grand ami de la France.

Disparition d’Umberto Eco - Déclaration de Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires étrangers et du développement international

C’est avec une grande tristesse et le sentiment d’une immense perte que j’ai appris la disparition d’Umberto Eco.

Tout au long de sa vie et au fil de son œuvre immense, Umberto Eco a incarné et perpétué le génie de l’Europe, du métissage des cultures, du dialogue entre les langues et les civilisations et du croisement des époques. Dans cet esprit, Umberto Eco disait que la langue de l’Europe était la traduction et, tout au long de sa vie, il a été un infatigable passeur et un interprète de talent.

A chacun d’entre nous, désormais, de faire vivre les enseignements et l’héritage d’Umberto Eco.

publié le 15/07/2016

haut de la page