Création d’un centre sino-russe de recherche en volcanisme

Le 24 septembre dernier l’Institut de la croûte terrestre russe, relevant de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie et l’Institut de volcanologie et des ressources minérales de l’Académie des Sciences de la province de Heilongjiang (Chine) ont signé un accord relatif à la création du centre de recherche Sino-russe en volcanisme et en environnement.

On compte 14 volcans dans la région de Wudalianchi, qui signifie « les 5 grands lacs reliés » en chinois, et qui tire son nom du fait que la ville éponyme s’étend aux alentours de cinq lacs de cratère formés lors de la dernière éruption volcanique qui date de 1720.

Dans la région du Baïkal, la réserve Baïkalo-Lenski située au bord nord-ouest du lac, abrite les restes de volcans très anciens qui forment aujourd’hui les sommets de la chaîne montagneuse Baïkalski.
Le lac Baïkal étant d’origine tectonique, on a recensé une trentaine de séismes au cours du 20ème siècle (assez puissants pour être ressentis par les populations). Le dernier, datant de mars 2010, avait une magnitude de 5,3 sur l’échelle de Richter.

La ville d’Irkoutsk entretient des relations étroites avec les scientifiques chinois. L’Institut de Chimie d’Irkoutsk, l’Institut des Systèmes Dynamiques, et l’Institut de biochimie et physiologie des plantes de Sibérie collaborent avec leurs voisins depuis le début des années 2000. Par exemple, des équipes mixtes de géologues étudient actuellement la géochimie des eaux souterraines de la région.

Rédacteur  : Gautier Lamoine

Sources :

Article de Nauka v Sibiri
Site de l’Institut de la croûte terrestre
Informations sur les volcans de Wudalianchi
Réserves naturelles du Baïkal
Article sur le séisme de 2010

publié le 29/02/2016

haut de la page