Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Paris, 30 novembre 2016)

<center<Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Paris, 30 novembre 2016)

Le comité interministériel de la coopération internationale et du développement s’est réuni le 30 novembre 2016, sous la présidence du Premier ministre et en présence de Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, et d’André Vallini, secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie, ainsi que des autres ministres concourant à la politique de développement.

Face aux défis de la lutte contre la pauvreté, la réduction des inégalités et la préservation de la planète et dans un contexte de montée du terrorisme et de mouvements migratoires, le gouvernement a pris une série de décisions (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/aide-au-developpement/evenements-et-actualites-sur-le-theme-du-developpement/autres-evenements-et-actualites-2016-sur-le-theme-du-developpement/article/comite-interministeriel-de-la-cooperation-internationale-et-du-developpement). Il s’agit en particulier de réaffirmer la priorité accordée à l’Afrique, continent auquel seront consacrés au moins 20 milliards d’euros de financement entre 2014 et 2018, et de concentrer notre effort sur les pays les moins avancés, en particulier dans l’espace francophone. La France renforcera, par ailleurs, sa coopération avec un certain nombre d’autres pays partenaires dont le développement et la stabilité sont prioritaires. Les priorités thématiques de l’aide française, notamment dans les domaines de la lutte contre le changement climatique, de la santé et de l’éducation, avec le projet d’un Erasmus euro-africain, ont été rappelées. Le gouvernement a aussi décidé de moderniser les instruments d’intervention de la politique de développement, à travers notamment la création d’une facilité pour l’atténuation des vulnérabilités et la réponse aux crises, et le rapprochement stratégique et opérationnel entre l’AFD et la Caisse des dépôts et consignations.

Jean-Marc Ayrault a souligné que ces décisions devaient s’accompagner d’un renforcement des moyens financiers dévolus à la politique de développement, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2017, en cours d’examen au Parlement.

publié le 02/12/2016

haut de la page