Au fil de la Moïka

JPEG
n°15 Quai de la Moïka, ancien bâtiment du Consulat général de France à Saint-Pétersbourg

Le Consulat général de France, situé au 15 Quai de la Moïka, est naturellement la première étape de notre itinéraire. A la fin des années 1970, en plus de ses fonctions consulaires et diplomatiques, le Consulat a agi en faveur de la coopération culturelle franco-russe. Les enseignants français travaillant à Saint-Pétersbourg distribuaient des invitations pour des projections de films qui avaient lieux deux fois par mois. Il était également possible d’emprunter des livres et des disques qui échappaient à la censure soviétique. La coopération en matière culturelle est à présent assurée par l’Institut français.

JPEG
n°20 Quai de la Moïka, la Capella

La Capella, ancienne école des chanteurs de la cour, a été construite d’après les plans de l’architecte français Louis Charlemagne, dans les années 1830. L’établissement est réputé pour son acoustique. Depuis plusieurs troupes de théâtre françaises ont joué sur cette scène. Par exemple, le Théâtre National Populaire de Jean Vilar en 1970. En 1990, l’Alliance française s’installa dans l’aile droite de la cour ainsi que "L’Institut français" jusqu’en 2007.

JPEG
n°24 Quai de la Moïka

En 1824, une épicerie fine puis un restaurant sont ouverts par les époux Georges. Ce lieu est alors considéré comme l’un des plus agréables de la ville. Racheté en 1849, par Jean-Baptiste Donon, descendant d’une famille de pâtissiers parisiens installés à Saint-Pétersbourg, il est devenu le premier établissement spécialisé en pâtés. En 1860, Jean-Baptiste Donon devenu sujet russe, y a ouvert un luxueux restaurant fréquenté par la plus haute société. Parmi les clients figuraient des membres de la famille impériale ainsi que des hommes de lettres.

JPEG
n°38, 40, 42 Quai de la Moïka

D’autres adresses témoignent de nombreux échanges franco-russes. En octobre 1912, dans une salle de l’école réformée se trouvant au n°38 quai de la Moïka, eut lieu une conférence organisée par l’Alliance française sur le thème de Greuze et de la peinture de genre au XVIIIème siècle. Au n°40, un négociant de vins originaire de Strasbourg, Philippe-Jacob Demuth, ouvrit un petit hôtel de six chambres appelé « le traktir de Demuth » (l’auberge de Demuth). Des écrivains tels que Pouchkine, Karamzine, Mickiewicz, Griboïedov ou encore Tourgueniev ont séjourné dans cet hôtel. En 100 ans d’existence, ce dernier a été cité à plusieurs reprises par ces personnalités, devenant un lieu presque mythique à Saint-Pétersbourg. Tout près, au n°42, se trouve l’emplacement où l’architecte, dont le rôle dans la construction de la ville a été primordial, Jean-Baptiste Le Blond, a fait élever son hôtel particulier.

JPEG
JPEG
n°48 Quai de la Moïka

Le palais construit de 1762 à 1766, pour Kirill Grigorievitch Razoumovski, hetman d’Ukraine et président de l’académie des Sciences, est l’œuvre de l’architecte français Vallin de la Mothe en collaboration avec l’architecte russe Kokorinov.

JPEG
n°58 Quai de la Moïka

Le 3 mai 1916, dans le restaurant Constant, à l’occasion du 25ème anniversaire de l’Alliance franco-russe, la Douma d’Etat et le gouvernement russe ont donné un dîner aux ministres du gouvernement de Raymond Poincaré, René Viviani et Albert Thomas. Le repas était présidé par Mikhaïl Rodzianko, président de la Douma et Maurice Paléologue, dernier ambassadeur de France en Russie, avant la révolution. L’hymne national russe a été interprétée par le compositeur Alexandre Glazounov et le pianiste Alexandre Zilotti, la Marseillaise a été chantée par Chaliapine, ce qui lui valut la Légion d’honneur française.

JPEG
n°61 Quai de la Moïka

En novembre 1886 se produisit ici, dans la salle de Kononov, le baryton français Jean-Louis Lassalle, soliste de l’Opéra de Paris. En 1913, l’établissement étant devenu l’hôtel Regina, trois conférences donnés par l’écrivain et l’académicien Jean Richepin, y furent organisées par l’Alliance française : « La légende de Napoléon », « La bohème en littérature » et « Richepin et ses œuvres ».

JPEG
n°86 Quai de la Moïka

Cette maison du début du XIXème siècle a été acheté par Montferrand en 1834. Si la façade a été conservée, l’intérieur a été transformé à son goût. Ne participant pas à la vie de la Cour, il y menait une vie calme et consacrait la majeure partie de son temps à son travail, à ses livres et à ses collections d’objets d’art. Mort à Saint-Pétersbourg le 28 juin 1834, cette maison a été sa dernière demeure.

Suite de la visite :

La Place du Palais

La place Saint-Isaac et ses alentours

La grande et la petite rues des Ecuries

La place des Arts

L’île Vassilievski

D’une rive à l’autre du pont de la Trinité

Le quartier Liteiny

La perspective Nevski

Retour à la page principale

publié le 02/05/2016

haut de la page